Au bon vieux temps des voitures hippomobiles

Publié par Traces Ecrites News, le 15 septembre 2010

Tendance. Depuis mars, un curieux convoi collecte les déchets des corbeilles de rue et arrose les massifs de fleurs du centre-ville de Mâcon (Saône-et-Loire). Conduit par un cheval comtois, un attelage tracte une remorque dans laquelle sont installés des conteneurs et une citerne d'eau.

Rétro, ce service est aussi écologique.

Il est assuré par ChevalCité, une jeune Sarl créée l'an dernier à Azé (également en Saône-et-Loire) par Claude Cremet, un passionné de cheval. Attribué sur appels d'offres, un contrat annuel renouvelable deux fois, la lie à la ville de Mâcon, le donneur d'ordre.

Deux partenaires sont partis avec Claude Cremet, dans cette aventure. «Notre vocation est d'assurer le service, pas d'acquérir des chevaux et du matériel», expose t-il.

Contrairement à d'autres villes, la municipalité de Mâconnaise n'a pas souhaité être propriétaire des attelages.

Dominique Poncet, cocher et membre du Gaec du Pré Fleuri à Saint-Bénigne (Ain) met à disposition le cheval. La métallerie Bernard Michon à Azé a fabriqué la remorque sur mesure.

«Il n'existe pas de catalogue de voitures hippomobiles, elles sont fabriquées en fonction de leur utilisation et peuvent être transformées selon l'évolution du service», précise Claude Cremet.

Autre singularité : les ripeurs sont des personnes handicapées du service d'aide par le travail d'Hurigny (Mutualité Française).

«Ce volet social était inscrit dans le cahier des charges», précise Michel Pacaud, conseiller municipal délégué aux espaces verts.

Assurée 6 jours sur 7, sauf le dimanche, la prestation génère l'emploi de cinq personnes.

Le service hippomobile s'étendra bientôt au transport des personnes à la demande, avec une calèche.

ChevalCité souhaite développer ce nouveau métier auprès d'autres villes, pour commencer dans un rayon d'une cinquantaine de kilomètres autour de Mâcon.

Elle propose aussi de faire de l'événementiel et des balades touristiques.

ChevalCité, tél.: 03.85.38.71.75.

Crédit photo: ChevalCité



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Bourgogne, Mâcon, ordures ménagères, cheval comtois

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Au Sud de l’Alsace, Euro3lys, tête de pont de l’ambition économique de Saint-Louis entre France, Allemagne et SuisseAu Sud de l’Alsace, Euro3lys, tête de pont de l’ambition économique de Saint-Louis entre France, Allemagne et Suisse
Naissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand EstNaissance de la SEM Henri Poincaré : l'économie mixte comme outil du développement économique dans le Grand Est

1 réponse(s) à "Au bon vieux temps des voitures hippomobiles"

  1. guy gillotdit :

    Les deux derniers chevaux permettant 75/100 de toutes les livraisons, Rue de La Liberté, à Dijon ont été se reposer en 1965 ... Ils s appelaient Mistral et Rafale . La SNCF a reçu des lettres de réclamation déplorant l apparition des véhicules à moteur du sous-traitant Régis Martelet...mais aussi des réclamations du fait de la disparition du crottin dans les rues...Le Petit Robert (page 429) cite Anatole France : "Les moineauxs s ébattaient en troupes pour picorer le crottin" .

Commentez !


Combien font "5 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire