Argru passe à 750 000 bretzels par jour

Publié par Christian Robischon, le 18 décembre 2014

FILIÈRE FARINE. La boulangerie industrielle à capitaux familiaux allemands investit 7 millions d’€ pour poursuivre sa success-story à Erstein (Bas-Rhin).

Largement automatisées et tournant 20 heures par jour, les lignes présentent un débit spectaculaire : jusqu'à 750 000 bretzels par jour, 130 000 beignets, sans compter des pains, petits-pains, viennoiseries...

 

bretzels
Ligne de production de Bretzels.

 

Chacun l’admet, le modèle de l’Alsace terre fertile d’accueil d’entreprises allemandes est surtout daté Trente Glorieuses. A Erstein (Bas-Rhin), Argru offre l’un des quelques exemples les plus récents d’une implantation à succès (*) près des bases germaniques.

 

Ce n’est qu’en 1994 qu’une famille de boulangers du village de Schutterwald, près d’Offenbourg, choisit de franchir la frontière, ce qui revenait pour elle à se déplacer de 20 kilomètres à l’ouest, pour installer sa première unité industrielle. L'interdiction alors en Allemagne de cuire le pain la nuit n’a pas été le moindre des arguments.

 

Bannière anthalys

 

La direction de la nouvelle entreprise a été confiée au couple dans la vie que forment  Beate Armbruster, la fille du boulanger de Schutterwald, et son mari Johannes Grünberger. Les premières lettres de leurs deux noms donnent : Argru.

 

De 40 au départ, les effectifs ont grimpé à 230 salariés et le mouvement va poursuivre. Quinze à vingt embauches sont attendues de la prochaine extension : une troisième ligne de bretzels.

 

20 heures par jour

 

operateur
Production de beignets.

 

« Elle entrera en service mi-septembre 2015, au terme de 7 millions d’€ d’investissements pour la ligne de production elle-même et un congélateur de stockage », annonce Beate Armbruster, avec la pointe - prononcée - d’accent germanique qui fait le charme des entrepreneurs transfrontaliers soucieux de faire honneur à la langue de Molière.

 

Outre des investissements récurrents d’1 à 1,5 million d’€ par an pour se moderniser, la PME avait déjà injecté 6 millions dans la robotisation il y a deux ans, et surtout 16 millions en 2008 pour son extension à  12 000 m2 de production. Le bâtiment initial de 3 200 m2 ne suffisait plus pour faire face à la croissance.  « L’effort est très notable pour une entreprise dont le chiffre d’affaires annuel est aujourd’hui de 26 millions d’€ », relève Beate Armbruster.

 

beignetsGrâce à la prochaine nouvelle ligne, la cadence de bretzels qui sortira d’Erstein atteindra le chiffre impressionnant de 750 000 par jour ! Largement automatisées et tournant 20 heures par jour, les lignes présentent un débit spectaculaire, à la hauteur des quantités de matières premières :  « Nous consommons 1 000 de tonnes de farine par mois, contenues dans des silos de 50 tonnes », relève Johannes Grünberger, toujours en français dans le texte.

 

Grossistes d’enseignes, en premier lieu en Allemagne

 

D’énormes cuves de confiture à faire saliver un Gargantua sont entreposées un peu plus loin. Car Argru, ce sont également 130 000 beignets quotidiens. Sans compter des pains, petits-pains, viennoiseries, kougelhofs et pâtisseries. En tout, la PME élabore près de 1 200 références. « La très grande majorité est surgelée. Le frais se limite à 8 % de l’activité », ajoute M. Grünberger.

 

dirigeants
Beate Armbruster-Grünberger, présidente et Johannes Grünberger, directeur Argru SAS.

On le devine, ces quantités astronomiques ne sont pas destinées au boulanger au coin. Et pas tellement non plus à la grande distribution. Argru trouve l’essentiel de ses débouchés auprès de grossistes d’enseignes, en premier lieu en Allemagne.

 

La patrie des dirigeants représente 60 % du chiffre d’affaires, deux fois plus que la France. Les dix derniers pour-cent partent vers des pays proches comme la Suisse et l’Autriche, plus lointains comme la Norvège et aux antipodes : Australie et Malaisie.

Comment dit-on bretzel en Malais ?  

 

(*) Au siège de l'entreprise, est également implanté un magazsin d'usine.

 

Photos fournies par Argru.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, Investissement, Bas-Rhin, export, Allemagne, filière farine, boulangerie industrielle, Argru, bretzel

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "4 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire