Après l’événementiel, le fabricant de tentes et chapiteaux Vitabri revient aux marchés de ville

Publié par Monique Clémens, le 09 janvier 2018

TEXTILE/BESANÇON. Labellisée Origine France Garantie depuis l’automne, la PME bisontine fait de l’innovation sa marque de fabrique, pour se démarquer des concurrents.
Ses tentes pliantes se retrouvent sur les manifestations sportives et événements en tous genres mais aussi, de plus en plus, sur les marchés plein vent. Un retour aux origines.  

 

vitabristructure
Pour la structure, l’acier a été remplacé par de l’aluminium, plus léger. © Lyonnel Garnier.


Son directeur général, Emmanuel Musner, qui a pris la direction des opérations en 2015, dit de lui qu’il est un visionnaire. Il fallait en effet une certaine hauteur de vue pour reprendre une partie d’un brevet de barnum pliant américain tombé dans le domaine public et en tirer un produit innovant.

Son idée était simple mais géniale : elle consistait à permettre à la toile de rester solidaire de la structure, qu’elle soit ouverte ou fermée. Du coup, en un seul geste et en deux temps trois mouvements, la tente se déploie ou se replie.

Les ingénieurs et bureaux d’étude ne s’y étaient pas penchés, Alain Stehly, fils de commerçants non sédentaires et fondateur de Vitabri, lui, n’a pas hésité à le faire. Tout nouveau tout beau, en 1995, son produit allait d’abord intéresser les forains, sur foires et marchés, mais très vite aussi les organisateurs de manifestations en tous genres, collectivités et entreprises souhaitant bénéficier d’une tente vite montée et, depuis 2010, personnalisable. Un stand pliant pour faire un poste de secours, une tonnelle pour un restaurant, une tente paddock pour clubs sportifs…

Banniere-Fondation-TracesEcrites


Vingt ans après sa création, la PME de Besançon, qui avait procédé à deux levées de fonds et fut deux fois labellisée « Gazelle » pour sa croissance forte et régulière, compte parmi ses clients Sébastien Loeb Racing – qui s’est associé aux 20 ans de Vitabri et avait invité toute l’équipe bisontine sur le circuit de l’anneau du Rhin l’été dernier –, la station de Val d’Isère, Porsche, Carlsberg, Coca-Cola, Eiffel Industrie, le PSG…, mais aussi la ville de Besançon, les Sapeurs-Pompiers du Var, le SDIS du Doubs, les Marchés de France, les Eurockéennes… La liste de ses références est éloquente, qui montre l’universalité du produit et la bonne intuition de son concepteur.  

Le succès tient à l’innovation permanente dont le produit fait l’objet. Depuis la création, Alain Stehly et son équipe – 54 salariés aujourd’hui, pour un chiffre d’affaires consolidé de 6 millions d’€, dont 85% pour la vente et 15% pour la location – n’ont cessé de l’améliorer et de le décliner pour s’adapter à toutes les demandes.

 

Les marchés plein vent, nouvelle cible de l'entreprise

viabriimpressioncarte
La machine d'impression qui permet de personnaliser les tentes aux couleurs de l'organisateur. © Rémy Gros.

 

Pour la structure, l’acier a été remplacé par de l’aluminium, plus léger, et les toiles qui apportent la souplesse et la résistance à l’ensemble sont achetées « à des fabricants français et allemands qui font référence dans le textile technique », assure Emmanuel Musner.

« Notre métier et notre savoir-faire sont dans l’assemblage, la complémentarité entre la structure et l’habillage, et désormais aussi la personnalisation : nous orientons nos clients vers l’impression. » L'entreprise s'est ainsi équipée d’une machine d’impression pour 150.000 €. »

Pour continuer à décliner le concept, le bureau d’études de Vitabri, que pilote toujours Alain Stehly, travaille sur les systèmes de tension de la toile, en lien avec l’équipe de production. Et pour garder sa longueur d’avance sur la concurrence, Vitabri dépose environ deux brevets par an. La dernière innovation est celle des tentes à toit plat. Une prouesse technique qui vise spécifiquement les marchés parisiens, historiquement équipés de barnums bas et plats.

corriin


Les marchés plein vent, c’est la nouvelle cible d’Alain Stehly. Un retour aux sources mais pas seulement : pour revitaliser les cœurs de ville, le marché est une piste sérieuse pour les collectivités.

 

Et là encore, la PME bisontine innove avec une offre clés en main, montage et démontage des stands. C’est ce qu’elle a fait avec le marché de Saint-Denis, le plus gros d’Ile-de-France, qui a signé il y a un an pour la fourniture de 337 stands.

Vitabri travaille aussi sur la combinaison commerçants de centre ville et street food : « l’association des deux pourrait ramener des clients », explique Emmanuel Musner. « La halle ambulante à destination des producteurs en circuits courts est un concept complètement nouveau », assure Alain Stehly, qui s’apprête à créer une nouvelle filiale pour cette activité.

 

vitabrimontage
Vitabri a axé ses produits sur la simplicité et la rapidité de montage. © Lyonnel Garnier.


Qui sont Alain Stehly et Emmanuel Musner ?

 
Alain Stehly est un autodidacte. Fils de commerçants non sédentaires, il voyageait lorsqu’il a rencontré, en Pologne, un industriel avec lequel il a eu l’idée d’adapter le brevet américain de barnum aux parasols des marchés, cet outil de travail indispensable mais lourd et peu commode.
De retour en France, ce Franc-comtois s’est lancé dans la fabrication de son nouveau produit. C’est ainsi qu’est né Vitabri en 1997. Visionnaire, inventif et bon commercial, Alain Stehly a fait grandir sa petite entreprise pendant dix ans puis, les dix années suivantes, a subi une forte concurrence qui l’a incité à mieux la structurer.
C’est dans ce contexte qu’il avait fait appel, en 2015, à Emmanuel Musner : ce dernier dirigeait une imprimerie en Haute-Saône depuis 15 ans, qui imprimait justement pour Vitabri, en sous-traitance. Il avait l’expérience du management et de la compétence qui allait devenir la valeur ajoutée de Vitabri : la personnalisation des tentes par l’image.
« Et j’avais aussi envie de m’investir dans ce projet collectif, dans un esprit de PME familiale », explique-t-il. Depuis, les deux hommes forment un binôme efficace : Emmanuel Musner aux opérations et à la gestion, et Alain Stehly au commercial et à la stratégie, qui trace le chemin.

 

vitabricouture
Dans l'atelier de couture du textile technique. © Remy Gros.

 



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Besançon, textile, Bourgogne Franche-Comté, Vitabri, Foires et marchés, chapiteaux

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Le fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à StrasbourgLe fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à Strasbourg
A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !

Commentez !


Combien font "2 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire