Alstom Transport balise sa voie

Publié par Didier Hugue, le 20 septembre 2013
Bobinage d'un moteur chez Alstom Belfort à Ornans (Doubs). Crédit photo : P. Sautelet
Bobinage d'un moteur chez Alstom Belfort à Ornans (Doubs). Crédit photo : P. Sautelet

FERROVIAIRE. Les sites d'Alstom Transport de Belfort et d’Ornans, en Franche-Comté, fédèrent un réseau de 75 entreprises sous-traitantes.

Le constructeur ferroviaire travaille de plus en plus en partenariat avec ses sous-traitants.

Il s’appuie aussi, en partie, pour sa R&D sur des laboratoires et des sociétés d’ingénierie extérieurs.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Selon Jérôme Wallut, directeur général d’Alstom Transport France, la bataille sur les coûts n’est plus une fin en soi.

« Tous nos sites, et spécialement ceux d’Ornans et de Belfort en Franche-Comté, développent des partenariats avec leurs sous-traitants, par souci de les faire évoluer au rang de concepteurs intégrateurs, mais aussi de les faire passer de PME au stade d’entreprises de taille intermédiaire (ETI) », indique le dirigeant.

Cette stratégie favorise de multiples rencontres techniques, des déplacements organisés à l’étranger : Inde, Afrique du Sud ou encore Kazakhstan, et un apport par Alstom de 8 millions d’€ au fonds de modernisation des entreprises ferroviaires, doté de 40 millions.

Autre conséquence : le maintien en France d’un important outil industriel et de toute l’ingénierie.

Alstom Transport exploite au total dix sites, dont ceux de Belfort (Territoire de Belfort), centre d’excellence mondial pour les motrices TGV et les locomotives, et d’Ornans (Doubs), à statut identique pour les moteurs.

La locomotive de fret à destination du Kazakhstan. L'une des plus puissantes au monde.
La locomotive de fret à destination du Kazakhstan.
L'une des plus puissantes au monde.

Investissements et recrutements

Le premier (600 salariés) fédère 50 entreprises et dépense 25 millions d’€ par an. Il vient d’intégrer 70 personnes, dont une cinquantaine d’ingénieurs parmi lesquels de nombreux diplômés de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM).

L’unité d’Ornans (400 personnes), reconfigurée pour 10 millions d’€ entre 2008 et 2010, n’est pas en reste avec ses 25 sous-traitants, ses 8 millions d’achats annuels et sa quinzaine d’embauches récentes.

Olivier Cailler, gérant de Sosolic Industries à Ornans (1,5 million d’euros de chiffre d’affaires, 19 personnes) confirme le fort ancrage du motoriste.

« Nous sommes passés en 6 ans de 5% à 25% d’activité du fait de la proximité, mais également grâce à notre réactivité et aux différents services proposés », explique le fabricant d’outillages et d’éléments de machines spéciales.

En retour, il n’hésite pas, en période calme, à obtenir de son principal donneur d’ordres des commandes pour maintenir un plan de charge.

Cette fidélité se traduit auprès de nouveaux venus. La société belfortaine Net Eco de Franck Parnaso vient ainsi de signer avec Ornans un contrat de nettoyage industriel de cinq ans.

« Nous travaillons avec Alstom de manière pérenne et au juste prix », appuie Pascal Sinniger, directeur d'Innovelec Industrie (7 millions d’€ de chiffre d’affaires, 48 salariés) à Bavilliers (Territoire de Belfort).

Ce spécialiste en génie électrique a notamment co-développé des armoires pour les grosses locomotives de fret à destination du Kazakhstan.

Simulateur de conduite mis conjointement au point avec la start-up Voxelia et le laboratoire IRTES-SeT de l’UTBM.
Simulateur de conduite mis conjointement au point avec la start-up Voxelia et le laboratoire IRTES-SeT de l’UTBM.

R&D avec l’UTBM et FEMTO-ST

Ces relations industrielles trouvent un prolongement logique au niveau de la recherche.

Un simulateur de conduite, de tests et de validation, co-financé par les collectivités locales, est mis conjointement au point avec la start-up Voxelia et le laboratoire IRTES-SeT de l’UTBM.

Le laboratoire bisontin FEMTO-ST planche, lui, sur deux programmes : AROMAT, consacré pour Ornans à la conception d’une nouvelle gamme de moteurs à aimants permanents et, Ecoconduite pour Belfort, destiné à l’optimisation du pilotage énergétique d’une locomotive en fonction du trajet, des horaires de passage, de l’altitude.

Chez Akka Technologies, l’agence de Belfort et ses 155 collaborateurs (12 millions d’€ de chiffre d’affaires), qui rayonne jusqu’en Alsace, on se frotte les mains.

Le ferroviaire devient un secteur très stratégique de l’ingénieriste, notamment avec Alstom, autour d’un partenariat qualifié de « sain et de confiance ».

Atelier de finition des motrices TGV à Belfort.
Atelier de finition des motrices TGV à Belfort.

La preuve est offerte par des contrats au forfait où il assume les risques de ses travaux jusqu’au premier montage, comme ce fut le cas pour le pupitre et la cabine des locomotives kazakhes.

Autres crédits photos : Alstom Transport

   

Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Territoire de Belfort, Franche-Comté, Belfort, Doubs, Alstom Transport, Ornans, ferroviaire, Femto-St, sous-traitance, UTBM, Voxelia, Sosolic, Innovelec, laboratoire IRTES-SeT, Net Eco

Découvrez également les articles associés :

Le fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à ObernaiLe fabricant de lingerie Triumph investit 11 millions d'euros dans la logistique à Obernai
Leader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’exportLeader des diagnostics rapides en France, Biosynex met le cap sur l’export
A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceurA l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur
A Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturaleA Nuits-Saint-Georges, la maison de vins Faiveley fait de sa nouvelle cuverie de 8 millions d'euros, une oeuvre architecturale

Commentez !


Combien font "3 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire