Alsace Tôlerie lime aussi la tôle pour les particuliers

Publié par Christian Robischon, le 16 octobre 2013
L’atelier a changé de visage pour ressembler à un petit quartier structuré par ses rues.
L’atelier a changé de visage pour ressembler à un petit quartier structuré par ses rues.

MÉTALLURGIE. La PME de Colmar s’adapte vite et bien aux évolutions de marché, même les plus inattendues : de la tôle sur-mesure commandée par internet.

En deux ans, Vincent Ossola, repreneur d'Alsace Tôlerie a embauché 6 personnes pour aboutir à un effectif de 25 permanents et un chiffre d'affaires en croissance de 5 à 6 % par an.

De plus en plus à l’étroit dans ses actuels locaux de la zone industrielle, l'entreprise du Haut-Rhin recherche une réimplantation, dans le même site.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Les réorganisations, ce n’est pas que réservé aux grandes entreprises. Les PME aussi savent faire…et peut-être mieux, en faisant appel au bon sens.

Le fabricant de pièces en métal Alsace Tôlerie à Colmar (Haut-Rhin) en apporte un exemple. Son jeune repreneur Vincent Ossola a pris le temps d’observer le fonctionnement de la production… pour mieux la chambouler.

« L’entreprise était organisée selon ses trois pôles de métiers : découpe, pliage, soudure.  Je lui ai substitué une organisation par famille de produits : petites pièces jusqu’à 1 kilo, pièces jusqu’à 35 kg, et pièces lourdes au-delà ».

L’atelier a changé de visage pour ressembler à un petit quartier structuré par ses rues.

Rien de révolutionnaire, mais au final, de l’efficace. En deux ans, Alsace Tôlerie a embauché 6 personnes pour aboutir à un effectif de 25 permanents.

« Nous connaissons une croissance régulière de 5 à 6 % par an , indique le dirigeant, pour un chiffre d’affaires qui atteindra 3 millions d’€ cette année.

La progression met la PME de plus en plus à l’étroit dans ses actuels locaux de la zone industrielle à Colmar. Elle recherche actuellement à se réimplanter sur le même site .

L’autre regard attentif, Vincent Ossola l’a porté sur l’évolution de la clientèle. « Les gros donneurs d’ordre ont délaissé les semi-finis pour acheter des produits finis. Nous oeuvrons pour nous intégrer dans cette stratégie, en développant quelques compétences ciblées, comme les productions pour l’industrie ferroviaire », décrit le P-DG.

De plus en plus à l’étroit dans ses actuels locaux de la zone industrielle à Colmar, la PME recherche une réimplantation, dans le même site.
De plus en plus à l’étroit dans ses actuels locaux de la zone industrielle à Colmar, la PME recherche une réimplantation, dans le même site.

Alsace Tôlerie travaille l’acier classique, l’inox et l’aluminium. Plus récemment, elle a réagi avec tact à un phénomène dont rêvent toutes les entreprises : la génération spontanée de clientèle, absolument pas planifiée.

« De plus en plus, par le bouche-à-oreille, nous voyons affluer en fin de semaine des particuliers, souvent salariés de nos clients, qui recherchaient de la tôle pour leurs petits travaux », relate Vincent Ossola. Fort bien, sauf qu’on bascule ici dans le B to C.

De la tôle sur mesure

« Cet univers a pour caractéristique un  taux de concrétisation plus faible des contacts clients. Nous ne nous sommes pas armés pour. Il fallait trouver une solution qui automatise les réponses», souligne le dirigeant. Cette réponse a pris la forme d’un site Internet, www.john-steel.com.

Pour ne pas immobiliser des salariés sur cette activité minoritaire, la PME alsacienne demande au client de lui spécifier sa demande sur-mesure. Sur ce site au nom d’apparence sans rapport avec Alsace Tôlerie, le particulier saisit de lui-même les données.

Il choisit son métal puis communique les dimensions demandées, ce qui détermine automatiquement le prix dont il s’acquitte à distance.

Le site génère toutes les données de back office (administration des ventes, facturation automatique) « pour un coût administratif nul » précise le P-DG.

La PME a contracté avec des transporteurs express afin d’assurer une livraison dans toute la France… car le site ouvert ce printemps séduit un peu partout.

« Le chiffre d’affaires généré couvre d’ores et déjà le coût de l’emploi créé », annonce Vincent Ossola.

Vincent Ossola a pris le temps d’observer le fonctionnement de la production… pour mieux la chambouler.
Vincent Ossola a pris le temps d’observer le fonctionnement de la production… pour mieux la chambouler.

Qui est Vincent Ossola ?

Âgé de 41 ans, Vincent Ossola s’est laissé gagner par le virus de l’entrepreneuriat alors que son brillant parcours universitaire avait débouché sur plusieurs postes à responsabilités en milieu industriel.

Dans une entreprise de presse de CD/DVD d'abord, puis chez le verrier Glaströsch à Burnhaupt-le-Haut (Bas-Rhin).

L’ingénieur en génie des matériaux, diplômé de l’école EEIGM de Nancy et flanqué d’un MBA de la Duke University américaine  (Caroline du Nord), avait de la sorte tâté en pratique du plastique et du verre.

Il lui manquait l’acier : la reprise d’Alsace Tôlerie au précédent dirigeant parti en retraite lui  apporte cette opportunité en 2011.

Pour se préparer et se former à devenir chef d’entreprise, il s’est appuyé sur l’accompagnement terrain, principalement celui des associations Entreprendre Alsace et Cédants et Repreneurs d’affaires (CRA).

"Pour mon plus grand bien", estime-t-il.

Photos : Christian Robischon.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Alsace, Métallurgie, réseau Entreprendre, Colmar, Alsace Tôlerie, Entreprendre Alsace, Cédants et Repreneurs d’affaires, Vincent Ossola

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

1 réponse(s) à "Alsace Tôlerie lime aussi la tôle pour les particuliers"

  1. John Steeldit :

    Merci pour cet article ! Nous proposons aujourd’hui un nouveau service exclusivement réservé aux professionnels sur notre second site https://pro.john-steel.com/. À très vite !

Commentez !


Combien font "4 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire