Le recycleur Aliplast achève le plus important investissement de l'histoire de son site alsacien

Publié par Mathieu Noyer, le 20 octobre 2016

RECYCLAGE/BAS-RHIN. La filiale du groupe italien vient d’achever un investissement de plus d’un million d’€, le plus important depuis la création du site au nord de Strasbourg.
Dans un contexte économique bien difficile aujourd’hui pour les valorisateurs, Aliplast tire son épingle du jeu avec 11.000 tonnes annuelles collectées dans toute la France, auprès des industriels quasi-exclusivement.
Sa localisation lui procure la proximité avec des pourvoyeurs importants de matière, comme les industries agro-alimentaires (brasseries, embouteilleurs) et leurs conditionneurs.

 

aliplaststation
Nouvelle station de lavage, de fabrication espagnole. © T.E.

 

Trier les déchets, c’est bien, encore faut-il que derrière, on sache les transformer. Parmi les grandes matières, les plastiques posent les problèmes les plus aigus, à cause de leur variété et de la complexité de leur composition.

 

Les entreprises qui disposent du process nécessaire pour apporter une partie de la solution sont encore rares. Souvent aussi, elles sont discrètes, ou du moins elles se cachent dans des endroits qui ne sont pas des lieux de promenades du dimanche.

 

Aliplast France, filiale d’un groupe italien, est de celles-là. Il faut un peu chercher avant de trouver ses bâtiments, le long d’un chemin qui prolonge l’usine de caoutchoucs synthétiques Lanxess (rebaptisée Arlanxeo) à la sortie de La Wantzenau, au nord de Strasbourg. Mais l’entreprise ne joue pas les gardiennes du confidentiel Défense.

 

pub-gif-juin-v10

 

Vieux routier du plastique recyclé, son dirigeant André Peter fait partie de ceux qui pensent qu’une profession a à gagner en ouvrant ses portes à qui vient y toquer.

 

D’autant que les murs viennent de bénéficier de plus qu’un simple ravalement : 1,1 million d’€ d’investissements. « C’est le projet le plus important depuis la création du site en 2008 », souligne André Peter.

 

A cet investissement immobilier, s’ajoutent 250 000 € pour l’acquisition d’un équipement considéré comme stratégique : une machine de « lavage » du plastique. Elle sépare les corps étrangers d’une densité supérieure à 1 et recycle directement ses eaux de lavage, de sorte à laisser des plastiques « propres », à même d’être bien recyclés.

 

La proximité de pourvoyeurs importants de matière, brasseries et embouteilleurs

 

liplastbag
Ces big bag renferment les plastiques une fois triés, lavés et broyés qui repartent en Italie pour leur transformation ultime. © T.E.

 

Aliplast France y voit un atout supplémentaire pour conforter son développement dans un contexte économique bien difficile aujourd’hui pour les valorisateurs : le pétrole, élément de base, est tombé à un niveau si bas que le plastique vierge approche le prix du recyclé. «  La marge a baissé de 25 % en quelques années, quand les coûts d’exploitations ont augmenté de 30 à 40 % dans le même temps », rappelle André Peter.

 

L’implantation alsacienne tire son épingle du jeu. Elle a régulièrement augmenté ses effectifs pour compter aujourd’hui 15 personnes.

 

Elle collecte 11.000 tonnes par an dans toute la France, auprès des industriels quasi-exclusivement, sachant que l’implantation à La Wantzenau lui procure la proximité avec des pourvoyeurs importants de matière, comme les industries agro-alimentaires (brasseries, embouteilleurs) et leurs conditionneurs.

 

banniere-635x102

 

« Nos volumes progressent de quelques pour-cents d’année en année. Ils se répartissent en 75 % de films PE basse densité (comme les housses d’emballage), 5 % de cartons et 20 % de plastiques rigides », expose son dirigeant. Ces plastiques rigides sont constitués de casiers et palettes en PE-HD (polyéthylène haute densité) ou PP (polypropylène).

 

Le site français tire aussi sa force d’un tri manuel très rigoureux. Il organise un rangement plutôt soigné des bâches et autres films qui lui parviennent, en fonction de leur couleur, de leur souillure, de leur état de dégradation. La filiale française assure le broyage, puis la matière part pour extrusion dans les unités de recyclage du groupe, situées dans la région de Venise.

 

aliplast
Le classement des films plastiques selon leur couleur, leur état, etc. © T.E.

 

Aliplast est une société italienne indépendante qui s’est faite sa place parmi les quelques acteurs qui comptent en Europe, grâce à des process très pointus, pour les plastiques déjà cités ainsi que pour le PET (polyethylène téréphtalate) venu d’autres provenances que la France.

 

Le groupe Aliplast totalise ainsi 300 salariés pour un chiffre d’affaires de 95 millions d’€, correspondant à la régénération de 90.000 tonnes par an.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Grand Est, Investissement, Strasbourg, recyclage, Bas-Rhin, déchets industriels banals, Aliplast, plastique recyclé

Découvrez également les articles associés :

Les frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein PutterLes frères Allemandou inaugurent avec Frapak leur seconde usine de plasturgie à Sens en association avec Marjolein Putter
En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€En Moselle, Laboratoires Lehning inaugure un investissement de 12,4 millions d’€
La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves La brasserie familiale alsacienne Meteor met la huitième génération aux commandes de ses cuves
François Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de VougeotFrançois Labet, le bien né et bien éduqué vigneron du Château de la Tour au sein du domaine du Clos de Vougeot

Commentez !


Combien font "7 plus 10" ?

Envoyer votre commentaire