Traces Ecrites News, le club
  • Atelier PANEL
  • Mulot et Petitjean
  • PMS Industrie
  • JTEKT

Agromatériaux : la technologie progresse

Publié par Christiane Perruchot, le 01 juin 2012

PLASTURGIE. Voués dans un avenir encore lointain à remplacer le plastique, les agromatériaux organisent un rendez-vous d'affaires le 12 juin à Dijon.

Les entreprises du cluster AgroComposites Entreprises livrent l'état de leurs dernières recherches sur la mise en œuvre des fibres naturelles dans le process industriel : lin, miscanthus, fibres de bois, chanvre, amidon de maïs et invitent fournisseurs et industriels du plastique à des rencontres B to B.

De 723 000 tonnes en 2010, le volume des résines biosourcées devrait atteindre 1,6 million en 2013 (1). Une croissance de 122%, mais qui demeure encore un marché lilliputien.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Seul cluster sur les agromatériaux dédié aux process, AgroComposites - aujourd'hui composé de 15 entreprises de Bourgogne, Franche-Comté, Champagne-Ardenne et Rhône-Alpes (2) -, a fait du chemin en un an et demi.

Cinq moulistes, membres de l'association, ont démontré qu'il est possible de fabriquer des pièces complexes thermoplastiques (3) avec des fibres de lin et de chanvre.

Prochaine étape : prouver que cette technique peut s'intégrer dans un cycle court et de grande série, pour l'industrie automobile par exemple.

Le cluster a également progressé sur l'encrassage des moules d'injection et travaille sur les capacités acoustiques des agromatériaux.

«L'industrie adopte les agromatériaux s'ils présentent les mêmes caractéristiques mécaniques que les plastiques et au même prix», indique Marjolaine Rostain, ingénieure et directrice de l'association.

Côté prix, ce n'est pas encore le cas. Mais les caractéristiques mécaniques l'emportent parfois. «La légèreté des objets en agromatériaux intéresse le secteur des sports et des loisirs», précise t-elle.

Ils entrent déjà dans la fabrication de raquettes de tennis et de skis. Egalement prestataire de services, l'association a collaboré à la mise au point de porte-cartes et de bidons de vélo.

L'esthétique est un autre argument qui séduit le secteur de l'ameublement et de la décoration pour l'aspect naturel des fibres et ses possibilités de coloration.

Marjolaine Rostain ajoute un atout environnemental. Bien qu'on ne sache pas encore faire des produits entièrement en agromatériaux, les 20% (maximum) qui remplacent les composants pétroliers réduisent l'empreinte carbone.

Programme et inscriptions des Rencontres AgroComposites Entreprises le 12 juin, de 9h à 17h à la CCI Côte-d'Or à Dijon :

http://www.agrocomposites.fr/fr/actualites/race

(1) Source : Ademe. (2) Connaître les entreprises du cluster et leurs métiers : www.agrocomposites.fr/fr/qui-sommes-nous/les-membres + le dernier arrivé : Ceva, injection plastique. (3) Une matière thermoplastique  ramollit sous l'action de la chaleur et durcit en refroidissant de manière réversible. Relire l'article de Traces Ecrites News : Les matériaux verts d'agrocomposites

Crédit Photo:  AgroComposites Entreprises et Traces Ecrites



Roger Martin BTP
Article classé dans : Agenda

Mots-clés : Dijon, Franche-Comté, Bourgogne, cluster, Champagne-Ardenne, plasturgie, Rhône-Alpes, AgroComposites Entreprises, agromatériaux

Découvrez également les articles associés :

L'agenda de Bourgogne - Franche-Comté et du Grand Est par Traces Ecrites NewsL'agenda de Bourgogne - Franche-Comté et du Grand Est par Traces Ecrites News
 Salon BE 4.0 les 20 et 21 novembre à Mulhouse : « Dès qu’il existe un outil de production, on peut mettre du 4.0 » Salon BE 4.0 les 20 et 21 novembre à Mulhouse : « Dès qu’il existe un outil de production, on peut mettre du 4.0 »
Avec le salon CoNext Days de Chalon-sur-Saône, les outils numériques de l'usine du futur passent du virtuel au réelAvec le salon CoNext Days de Chalon-sur-Saône, les outils numériques de l'usine du futur passent du virtuel au réel
Le salon Pro Objectif D de Besançon veut démontrer que le déchet d'une entreprise peut devenir la matière première de l'autreLe salon Pro Objectif D de Besançon veut démontrer que le déchet d'une entreprise peut devenir la matière première de l'autre

Commentez !


Combien font "4 plus 7" ?

Envoyer votre commentaire