A Metz, le groupe bancaire BPCE inaugure son espace d’accélération numérique 89C3

Publié par Philippe Bohlinger, le 13 avril 2018

NUMERIQUE/MOSELLE. Après Toulouse et Aix-en-Provence, le groupe Banque Populaire - Caisse d’Epargne (BPCE) a inauguré le 11 avril 2018 à Metz, son troisième espace d’accélération numérique.
Baptisé 89C3, celui-ci a pris racine à TCRM-Blida, site totem du réseau dédié à l’économie numérique Lorn’Tech.

Il va permettre à ses deux grands établissements régionaux de co-construire des applications utiles aux 108.000 salariés du groupe, de développer la culture numérique dans leurs agences et de nouer des collaborations avec les start-ups locales.

 

bplorrainetente
Le centre de compétence numérique du groupe BPCE a été implanté à TCRM-Blida à Metz, le site totem de la filière numérique Lorn’Tech. © Philippe Bohlinger.

 

89C3 est la traduction de l’acronyme BPCE (Banque Populaire-Caisse d’Epargne) en “leet speak”, un système d’écriture alphanumérique issu de la culture geek. C’est le nom choisi par le deuxième groupe bancaire français pour désigner ses centres de compétence numérique. Yves Tyrode, directeur général digital du groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne (BPCE), a inauguré ce jeudi 11 avril à Metz, le troisième 89C3 en région après Aix-en-Provence et Toulouse.

 

C'est le premier co-créé par une Banque Populaire et une Caisse d’Epargne « et non localisé dans un centre informatique du groupe », se félicite Benoit Mercier, président du directoire de la Caisse d’Epargne Lorraine Champagne Ardenne.


LCR

 

« Centraliser le développement digital du groupe n’aurait pas constitué une bonne option. Si nous voulons être cohérents avec notre ADN, il est nécessaire décliner cette stratégie au travers de nos pôles d’expertise technologique sur le territoire », complète Yves Tyrode.


Le réseau 89C3 est un des volets de la stratégie digitale présentée par BPCE au premier trimestre 2017. Le centre de compétence lorrain a été installé opportunément à TCRM-Blida, le site totem du réseau dédié à l’économie numérique Lorn’Tech.

 

« Cette implantation va renforcer le positionnement de Lorn’Tech sur la thématique Fintech [activités financières associées aux nouvelles technologies, ndlr ] », s’enthousiasme Philippe Hénaux, directeur de la Mission Attractivité numérique et écosystème des start-up à Metz Métropole.


Vingt développeurs à terme

 

bplorrainedirecteurs
Dominique Wein, directeur général de la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne (à gauche) et Benoit Mercier, président du directoire de la Caisse d’Epargne Lorraine Champagne Ardenne ont inauguré le 89C3 co-créé à Metz par les banques qu’ils dirigent. © Philippe Bohlinger.

 

Les équipes du 89C3 - à terme une vingtaine de développeurs - sont accueillies dans huit constructions préfabriquées réaménagés par l’architecte messin Vincent Toffaloni. Leurs 200 m² sont abrités sous les hautes toitures des anciens hangars des transports en commun de l’agglomération messine (TCRM) devenu un lieu emblématique de la culture artistique et numérique. Ces locaux vont d’ailleurs passer de 7.000 à 10.000 m² à l’horizon 2019-2020 via un investissement de 10 millions d’€ HT programmé par la société d’économie mixte Metz Métropole.


L’implantation du 89C3 à TCRM-Blida répond à une double logique : placer le groupe BPCE au cœur de l’innovation numérique et associer les savoir-faire des deux banques, la Caisse d’Epargne Lorraine Champagne Ardenne (CELCA) et la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne (BPALC).


Concrètement, cette “digital factory” aura pour vocation de co-construire des applications utiles aux 108.000 salariés du groupe, à l’inverse d’Aix-en-Provence et Toulouse davantage orientées sur le développement d’applications “client”. Pour Dominique Wein, directeur-général de la BPALC, l’ambition du 89C3 est « de faire simple, d’être concret d’aller vite en réduisant les délais entre le développement et la mise en œuvre par le groupe ».


pvfinpi

 

Les équipes conduiront leurs projets par saison, sur une durée de six mois maximum. Elles auront également pour mission d’implanter la culture numérique dans les agences. « Nous organisons la semaine prochaine au 89C3 Metz trois sessions de formation à destination de nos référents digitaux en agence », illustre Florence Delmas, responsable du département Accompagnement au changement de la Caisse d’Épargne Lorraine Champagne Ardenne. Au sein du nouveau pôle digital de la BPCE, Florence Delmas fait partie de la communauté des 40 “digital champions” identifiés dans les différentes entités du groupe.


Le 89C3 entend aussi nouer des collaborations avec les start-ups locales. « Notre implantation sur le site totem de Lorn’Tech nous procure d’ores et déjà une ouverture. Nous y rencontrons des start-up, des artistes, etc. C’est très différent du milieu bancaire qui demeure assez fermé en raison du poids de la règlementation », analyse Bryan Mercier, un des deux chefs de projet du 89C3.


Qui sont Bryan Mercier et Pierre Pilon ?

 

bploraineentrepreneurs
Bryan Mercier (à gauche) et Pierre Pilon, les deux chefs de projets du 89C3. © Philippe Bohlinger.

 

Le 89C3 Metz est animé par deux chefs de projet recrutés au sein des établissements bancaires régionaux. Bryan Mercier assurait jusqu’à présent la fonction de technico-commercial en solutions digitales au sein de la Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne ; Pierre Pilon celle de chef de projet spécialisé en digital et innovation au sein de la Caisse d’Épargne Lorraine Champagne Ardenne.
lls partagent leurs semaines entre Paris, leurs sièges régionaux et le 89C3 Metz. Les deux premiers projets sur lesquels ils plancheront jusqu’en juin 2018 portent sur des solutions mobiles destinées aux salariés du groupe. Elles visent à faciliter les demandes de congés, ainsi que la réalisation de notes de frais.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Grand Est, numérique, start-up, Moselle, Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne, Metz Métropole, groupe BPCE, Lorn’Tech, 89C3 Metz, digital factory

Découvrez également les articles associés :

Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir
Le fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à StrasbourgLe fabricant d'isolants Soprema investit 6 millions d'euros dans le recyclage des emballages plastiques à Strasbourg
A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !A Besançon, dans les coulisses d’Usigep, un sous-traitant du luxe petit, mais costaud !

Commentez !


Combien font "9 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire