A la découverte des Vosges Saônoises

Publié par Christiane Perruchot, le 18 janvier 2013
L'hôtel restaurant Le Pré Serroux ... en été.

EVASION. Un site de renommée mondiale peut à lui seul motiver le déplacement dans ce coin de Franche-Comté injustement mal connu : la chapelle de Ronchamp de Le Corbusier.

Dans cette contrée tranquille de Haute-Saône, entre le bassin industriel de Belfort-Montbéliard et les Vosges, un endroit insolite impose une visite : la maison de la négritude à Champagney.

Cette suggestion de week-end se termine au Pré Serroux, un endroit chaleureux au milieu d'un parc de 20 ha au cœur de Champagney.

Cliquez sur les liens couleur cassis pour accéder aux articles de Traces Ecrites News sur le même sujet.

Même sous un ciel terne, la chapelle Notre-Dame du Haut à Ronchamp fait toujours son effet. Perché à 465 mètres au-dessus du village, l'édifice bâti par Le Corbusier en 1955 joue admirablement de ses formes concaves et à l'intérieur, de la lumière. Plongé dans l'obscurité sitôt le porche franchi, le visiteur se prend petit à petit à voir de plus en plus distinctement les vitraux, les allégories et les puits de lumière qui éclairent des scènes minimalistes.

Beaucoup de touristes, amoureux de patrimoine, font le détour depuis l'autoroute A 36 (à une vingtaine de minutes). Les pélerins aussi, qui bénéficient maintenant, avec la rénovation signée de l'architecte italien Renzo Piano, d'un lieu de réflexion.

Beaucoup d'amateurs du patrimoine font le détour depuis l'autoroute A 36 pour visiter la chapelle de Ronchamp.

L'association des sites Le Corbusier créée en janvier 2010 à Ronchamp relance le projet de classement à l’Unesco d'une série de sites Le Corbusier à travers le monde. Le dossier pourrait être déposé en janvier 2015, pour examen en juin 2016.

Moins renommée, la Maison de la négritude sur la place principale de la petite ville voisine de Champagney mérite que l'on pousse sa porte.

De premier abord, la localisation de ce petit musée dans ce village de Haute-Saône est incongrue. Et pourtant, l'histoire racontée en français ou en anglais par la guide d'accueil, lève le voile sur sa légitimité.

Plongé dans l'obscurité sitôt le porche franchi, le visiteur de la chapelle de Ronchampse prend petit à petit à voir de plus en plus distinctement les vitraux, les allégories et les puits de lumière.

En 1789, alors que la Révolution gronde dans la capitale, les habitants de Champagney s'insurgent contre l'esclavage.

Dans leur cahier de doléances, rédigé en vue de la préparation des États généraux, ils minimisent leur sort de paysan pour «penser aux maux (dont) souffrent les nègres dans les colonies sans avoir le coeur pénétré de la plus vive douleur».

On dit qu'ils ont été inspirés par Jacques Antoine Priqueler, officier des gardes du roi, alors en permission dans son village natal. Deux cents ans plus tard, naît un musée patronné par Léopold Sédar Senghor, à l'époque président de la République du Sénégal.

Lieu de mémoire avec une multitude d'objets, d'écrits d'historiens et la reconstitution d'un navire négrier, sa visite est aussi un réquisitoire pour les droits de l'homme. Le musée fait partie de la route des abolitions de l'esclavage qui réunit quatre autres lieux dans l'est de la France : le fort de Joux près de Pontarlier (Doubs), la maison Anne-Marie Javouhey à Seurre (Côte-d'Or), la maison Schoelcher à Fessenheim (Haut-Rhin) et la maison de l'Abbé Grégoire à Emberménil (Meurthe-et-Moselle).

Le pied à terre de ce week-end haut-saônois est bien connu des cadres des grandes entreprises du nord Franche-Comté pour les séminaires et déjeuners d'affaires. Créé il y a une dizaine d'années par trois entrepreneurs, l'hôtel-restaurant Le Pré Serroux à Champagney conjugue l'air suranné des fermes du siècle dernier et le confort contemporain de l'hôtellerie.

Une impressionnante collection d'objets et outils agricoles côtoie salles de sport, piscine et spa californien. Des tableaux d'artistes ornent régulièrement la salle de restaurant où l'on sert une cuisine raffinée à des prix défiant toute concurrence. Les vernissages y sont, dit-on, toujours réussis.

Une extension en bois abrite spa, piscine et salle de sport réservées aux résidents du Pré Serroux.

Infos pratiques :

- Maison de la négritude à Champagney, ouvert du mardi au samedi en hiver et du mardi au dimanche en été (entrée 3,50 €). www.maisondelanegritude.fr/

- Chapelle Notre-Dame Le Haut à Ronchamp, ouverte de 10h à 16h (sauf 1er janvier) Entrée 8 €. www.chapellederonchamp.fr/

- Hôtel restaurant Le Pré Serroux : chambres à partir de 78 €. Formules week-end à partir de 90 € par personne. Tél. : 03 84 23 13 24. www.lepreserroux.com/

Autres suggestions sur le site du Pays des Vosges Saônoises.

Photos : Traces Ecrites et Artesia.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Evasion

Mots-clés : Franche-Comté, Haute-Saône, tourisme, hôtellerie, Le Corbusier, musées, Ronchamp, Vosges, musée de la négritude

Découvrez également les articles associés :

Le musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'AlsaceLe musée des Maisons comtoises de Nancray raconte la vie paysanne d'hier et de demain jusqu'aux portes de l'Alsace
Les Fonctionnaires, épisode du tome 5 :  en vous souhaitant une très bonne réception et un bon courageLes Fonctionnaires, épisode du tome 5 : en vous souhaitant une très bonne réception et un bon courage
La fromagerie Schertenleib, dernière entreprise familiale productrice de fromage de LangresLa fromagerie Schertenleib, dernière entreprise familiale productrice de fromage de Langres
Plus grande ville fortifiée d'Europe, Langres vante sa Renaissance jusqu'à l'automnePlus grande ville fortifiée d'Europe, Langres vante sa Renaissance jusqu'à l'automne

1 réponse(s) à "A la découverte des Vosges Saônoises"

  1. Denis Hascaldit :

    Des liens couleur cassis ? Ah non, vous n'allez pas vous y mettre vous aussi !!! Le cassis c'est noir, et les trams de Dijon sont framboise écrasée, ou rose, ou fuschia, comme on veut ! Et la déco de Noël de la place Darcy, elle aussi présentée comme cassis par la Mairie, c'était plutôt "gay friendly", non ? Bien amicalement

Commentez !


Combien font "4 plus 9" ?

Envoyer votre commentaire