Traces Ecrites News, le club
  • Brassserie de Vézelay
  • Salaisons Sabatier
  • JTEKT
  • Groupe Seb

A l’approche de son 30ème anniversaire, Imasonic s’engage dans une transmission familiale en douceur

Publié par Monique Clémens, le 20 juin 2018

SONDES A ULTRASONS/HAUTE-SAÔNE. Entreprise technologique, Imasonic met en œuvre le principe de propagation des ondes ultrasonores pour contrôler, mesurer et soigner.

Cette société familiale créée à Besançon en 1989 et aujourd'hui à Voray-sur-l'Oignon, en Haute-Saône, aborde son trentième anniversaire avec une équipe dirigeante renforcée et une activité en forte croissance sur ses deux marchés, le secteur médical et l'industrie.

 

imasonicmedical
Sur la centaine de salariés, un quart s’occupe de R&D.

 

Le logo s’est arrondi, la police de caractère est plus fine et les deux couleurs représentent chacune un domaine d’application : bleu pour le médical, vert pour l’industrie. Ce coup de frais sur la signature graphique d’Imasonic, entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de sondes à ultrasons implantée depuis 2017 à Voray-sur-l’Ognon, à dix minutes de Temis, traduit bien l’évolution en cours.

 

Céline Fleury-Mathieu et Alain Fleury sont en train de reprendre les rênes de l’entreprise familiale : ils partagent désormais la direction générale avec leur mère. Gérard Fleury, le fondateur, conserve pour l’instant la présidence.

 

La nouvelle génération s’emploie à imprimer sa marque tout en tentant de suivre une demande grandissante. Et pour souplesse et agilité se conjugue avec vision à long terme et bonne gestion des ressources humaines.

 

 

cdjura

 

 

Les ressources humaines, c’est le premier métier de Céline Fleury-Mathieu, qui l’a exercé pendant dix ans dans l’entreprise familiale en participant fortement à sa structuration. Une compétence utile en cette période de croissance : en 2017, Imasonic a recruté 17 personnes en CDI, pour un effectif de 103 personnes aujourd’hui, et a dû bâtir une stratégie RH digne de cette croissance afin d’intégrer rapidement les nouveaux venus.

 

« Nous privilégions la qualité et valorisons le travail bien fait, les savoir-faire acquis, pour que les salariés gagnent en aisance », explique-t-elle simplement.


Les sondes à ultrasons d’Imasonic intéressent fortement le secteur médical, qui représente un tiers d’un chiffre d’affaires de 11,5 millions d’€ (dont 75% à l’export). Elles sont utilisées pour le diagnostic, mais aussi pour de nouvelles applications de photoacoustique (en imagerie) ou encore pour des applications thérapeutiques de traitement des tumeurs cancéreuses, par exemple.

 

Pour le secteur industriel, les sondes à ultrasons conçues à Voray-sur-L'ognon (Haute-Saône) ont des applications dans l’échographie pour détecter la présence de défauts de collage, de soudure, d’inclusion ou de porosité dans des pièces d’éoliennes, d’avions, d’essieux de trains, de turbines de centrales…

 

Un outil de diagnostic pour limiter le recours aux biopsies

 

imasonicequipe
En 2017, l'équipe a ét renforcée de 17 personnes portant l'effectif à 103 salariés.

 

Les clients d’Imasonic sont les sociétés qui intègrent les sondes dans les machines complètes, et leur diversité garantit une certaine sérénité à l’entreprise : son premier client représente 12% du chiffre d’affaires. Et depuis deux ans, ces clients sont en pleine forme ! La demande des dix premiers est en forte hausse, ce qui oblige l’entreprise à accélérer les cadences et à recruter encore.

 

Le chiffre d’affaires 2018 devrait atteindre 13,5 millions d’€. « En commande il représente plus que cela, mais nous sommes freinés par nos capacités à produire, c’est un peu frustrant », reconnaît Céline Fleury-Mathieu.

 

Pendant ce temps, néanmoins, les travaux de recherche amont continuent. Sur la centaine de salariés, un quart s’occupe de R&D et, dans cette équipe, huit personnes sont plus particulièrement positionnées sur des projets de recherche européens, en partenariat avec des laboratoires, privés ou publics.

 


bpalcseconde

 

 

L’un d’entre eux, prometteur, vise à diagnostiquer le cancer du sein par approche photoacoustique afin de limiter le recours aux biopsies. « C’est motivant pour nos équipes », confie le président fondateur de l’entreprise. Un autre s’intègre dans un traitement palliatif du pancréas, avec des ultrasons ciblés. Un autre encore teste un traitement utilisé habituellement pour le cancer de la prostate pour soigner l’endométriose.

 

Imasonic aura 30 ans en 2019. L’occasion, avec cette croissance et cette nouvelle équipe, de « questionner les fondamentaux de l’entreprise », d’imaginer de nouvelles voies et « de revisiter les choix », estime Gérard Fleury qui se réjouit de cette transmission.

 

Qui sont les Fleury-Mathieu ?

 

 

imasonicdirigeants
De gauche à droite : Alain Fleury, Céline Fleury-Mathieu et leurs parents fondateurs de l’entreprise Monique Mathieu et Gérard Fleury.

 

Quatre membres de la même famille à la direction, ce n’est pas rare mais pas si commun non plus. L’entreprise avait été créée en 1989 par Gérard Fleury, Monique Mathieu, son épouse, et deux autres personnes, dont un technicien qui est toujours de l’aventure. Gérard Fleury avait une formation d’ingénieur en physique, Monique Mathieu était ingénieure en génie civil.

 

La transmission familiale n’était pas écrite mais elle s’est décidée « en discutant », explique leur fille Céline Fleury-Mathieu, qui partage désormais la direction générale avec son frère, Alain Fleury, et leur mère, laquelle assurait cette mission seule auparavant. Quant à Gérard Fleury, il conserve pour l’instant la présidence.

 

L’équipe dirigeante s’est répartie les compétences : Monique Mathieu a gardé la partie financière, qu’elle transmettra peu à peu à Céline Fleury-Mathieu. Cette dernière, diplômée d’un master en ressources humaines, assure les fonctions supports tandis qu’Alain Fleury, ingénieur matériaux et diplômé d’un master en acoustique - et passé par une grande entreprise aéronautique -, pilote tout ce qui touche au produit.

 

Tous revendiquent un ancrage local et privilégient les fournisseurs régionaux, et tous sont inscrits dans des réseaux : le CJD pour Céline Fleury-Mathieu, qui avait fait accueillir Cédric Vilani, en 2017, avant qu’il ne soit ministre ; l’APM (Association Progrès du Management), le réseau Entreprendre et l’AER pour Monique Mathieu ; les Entrepreneurs et dirigeants chrétiens pour Gérard Fleury (qui fut l’un des fondateurs du pôle Microtechniques) ; les réseaux extérieurs pour Alain Fleury. Du local à l’international, de bons rails pour poursuivre l’aventure.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Haute-Saône, Imasonic, sondes à ultrasons, matériel médical, Bourgogne Franche-Comté, Voray-sur-l'Ognon

Découvrez également les articles associés :

Les cours du vin de Bourgogne peuvent-il enfin baisser ce dimanche de la vente aux enchères des Hospices de Beaune ?Les cours du vin de Bourgogne peuvent-il enfin baisser ce dimanche de la vente aux enchères des Hospices de Beaune ?
 Salon BE 4.0 les 20 et 21 novembre à Mulhouse : « Dès qu’il existe un outil de production, on peut mettre du 4.0 » Salon BE 4.0 les 20 et 21 novembre à Mulhouse : « Dès qu’il existe un outil de production, on peut mettre du 4.0 »
En Alsace, SES-Sterling investit 2 millions d’euros dans la logistique de son site Lauwplast En Alsace, SES-Sterling investit 2 millions d’euros dans la logistique de son site Lauwplast
Dans les Vosges, Le Jacquard Français fête ses 130 ans avec du beau lingeDans les Vosges, Le Jacquard Français fête ses 130 ans avec du beau linge

Commentez !


Combien font "2 plus 5" ?

Envoyer votre commentaire