A Besançon, l'immobilier de bureaux est un long fleuve tranquille

Publié par Traces Ecrites News, le 27 mars 2013
Novatech Plaza, le programme en blanc de Lazard Group sur la zone de Temis.
Novatech Plaza, le programme en blanc de Lazard Group sur la zone de Temis.

TERTIAIRE. Peu actif jusqu'en 2009, le marché de l'immobilier de bureau repart à un rythme tranquille qui en fait un marché fluide et très sain.

Le parc d'activités Temis concentre la demande et attire les premiers investisseurs nationaux, en attendant les premiers coups de pioche sur la zone TGV d'Auxon.

Le point avec deux acteurs du marché : DTZ et Desaulles CBRE.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

« Un marché fluide et très sain » : c'est ainsi que DTZ Bourgogne-Franche-Comté qualifie le marché de l'immobilier de bureaux à Besançon.

L'an dernier, les transactions ont atteint 10 600 m2. Le neuf représente un peu plus de la moitié avec environ 6000 m2. A 90%, les occupants sont locataires.

« Le stock s'écoule vite et il y a peu de mutations », commentent Bruno Dormoy et Damien Voisenet. Les co-gérants de la société de transactions et gestion immobilière qui revendique la moitié du marché local parlent même de « sous-offre en continu ».

Autre opérateur significatif dans la capitale comtoise, le cabinet Desaulles CBRE souligne la « tension » sur les bureaux neufs, dont il chiffre les surfaces immédiatement disponibles à 4 600 m2.

« Leur taux de commercialisation est rapide, si bien que le solde disponible devrait être écoulé très rapidement, dès septembre prochain si le rythme de 2012 se confirme », expose Joël Delbart, responsable de l’agence de Besançon.

La perspective est moins bonne pour les locaux anciens : « Avec l’entrée en vigueur des nouvelles normes, ils n’auront d’autre choix que de se restructurer, sous peine de ne pas trouver preneur. Ou alors de changer d’affectation, en habitation », poursuit Joël Delbart.

Les bureaux de seconde main ont néanmoins leur clientèle grâce à des petites surfaces et des loyers plus bas qui, précise Bruno Dormoy, reviennent à un budget équivalent au neuf, à cause de charges de fonctionnement plus lourdes, du côté des consommations d'énergie notamment.

L’offre  totale (ancien + neuf) située à 19 950 m2 se concentre en premier lieu dans le centre-ville/quartier gare Viotte d’une part, le Nord-ouest (Ecole-Valentin, Miserey-Salines, Châtillon-le-Duc, Zone de la douane) d’autre part, avec une proportion de 30 % chacun.

Temis rencontre le plus grand engouement :  la zone d'activités spécialisée dans les microtechniques a capté 60 % de la demande exprimée selon Desaulles CBRE. Sa spécificité attire aussi des investisseurs nationaux.

A l'instar du strasbourgeois Lazard Group qui développe 5 000 m2 en deux bâtiments. Ce programme baptisé Novatech Plaza a été réalisé en blanc, ce qui reste exceptionnel à Besançon.

Selon Desaulles CBRE, 1 400 m2 ont trouvé leur locataire. Il se commercialise au loyer de 155 € hors taxes hors charges par m2 et par an, correspondant au haut de la fourchette bisontine.

La ZAC de la gare TGV de Besançon-Franche-Comté : 25 ha dont l'urbanisation devrait démarrer fin 2013, début 2014.
La ZAC de la gare TGV de Besançon-Franche-Comté : 25 ha dont l'urbanisation devrait démarrer fin 2013, début 2014. (Photo non contractuelle)

Premiers projets sur la zone TGV

Deux autres offres neuves dominent par leur taille et leur profil. A Planoise, La Porte Lafayette a inauguré ses 3 600 m2 l’automne dernier.

Le projet est développé par Aktya, nouveau nom - assurément plus attrayant - de la SAIEMB-IE, la Sem d’immobilier d’entreprises de Territoire 25 et la société d’équipement et de développement du Doubs (SedD).

Dans la nouvelle Zac de la gare TGV d’Auxon aménagée par la SedD, le premier programme doit sortir de terre fin 2014, à l’initiative du promoteur lyonnais Dejoannès.

D'une surface de 5 000 m2 en deux immeubles, le projet représente un investissement de 10 millions d'€.

La nouvelle signature de DTZ va peu à peu remplacer l'ancien logo rouge.
La nouvelle signature de DTZ va peu à peu remplacer l'ancien logo rouge.

Icade Bourgogne-Franche-Comté s'intéresse aussi de près à l'opportunité offerte par la proximité de la gare TGV. Aktya se dit aussi « susceptible d'y investir ».

 Photos : Traces Ecrites, DTZ et Grand Besançon.

Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Besançon, gare TGV Besançon, promoteur immobilier, Temis, immobilier tertiaire, Lazard, DTZ, Dessaule CBRE, Aktya, Sed, Dejoannès

Découvrez également les articles associés :

Are you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole  le revendiquentAre you Made in Jura ? Sept entreprises qui se développent à Dole le revendiquent
Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image Avec les derniers équipements de l’Institut Image et le projet de Cité du numérique, Chalon-sur-Saône amplifie sa vocation sur l’image
En Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaireEn Saône-et-Loire, Mecateamcluster inaugure la première halle mutualisée de maintenance ferroviaire
Le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté et les professionnels du bois dans la logique de l’économie circulaireLe Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté et les professionnels du bois dans la logique de l’économie circulaire

Commentez !


Combien font "2 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire