A Belfort, H2SYS poursuit le développement de son groupe électrogène à hydrogène

Publié par Pierre-Yves Ratti, le 11 avril 2018

ÉNERGIE/BEFORT. La start-up née en septembre dernier développe des générateurs électriques à hydrogène à partir d'une pile à combustible pour remplacer les générateurs diesel ou essence.
Un marché encore jeune, mais que le dirigeant Sébastien Faivre estime mature. Les applications stationnaires ou nomades sont multiples : l’industrie, les événements, les chantiers…

 

hsysdirigeant
Sébastien Faivre, co-fondateur et président de H2SYS. © Pierre-Yves Ratti.

 

H2SYS mène deux défis de front : accélérer l'industrialisation de son produit et se positionner rapidement à l’international. A l'état de projet en 2016 (Lire ici l’article de Traces Ecrites News), la société H2SYS est aujourd’hui une réalité et son activité, la fabrication et la commercialisation de groupes électrogènes à hydrogène, est porteuse. La technologie consiste à fabriquer de l’électricité par la conversion de l’hydrogène avec une pile à combustible et un système de stockage.

 

Six associés, issus de la fédération de recherche du CNRS FC Lab, lui ont donné vie le 1er septembre 2017. Tous sont des ingénieurs et des chercheurs qui travaillent sur l’hydrogène au sein de l’Université de Franche-Comté et de l’UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard), pour les plus anciens depuis une quinzaine d’années. Sébastien Faivre, diplômé de l'UTBM en 2008, en est le président.

 

Si le développement de H2SYS se poursuit comme prévu, l'effectif de cinq salariés atteindra six ou sept personnes en fin d'année. Les recrutements porteront sur la recherche et le développement avec un ingénieur chargé de développer la gamme d’appareils électriques à hydrogène et pour le développement commercial, un ingénieur chargé d'affaires.

 

pvfinpi

 

H2SYS espère ainsi ajouter une corde à son arc : une activité d'intégration en plus de celle de fabricant de piles à hydrogène. L'entreprise aura ensuite besoin de monteurs-câbleurs pour la production, puis de commerciaux.

 

H2SYS se développe donc pas à pas. Le chiffre d'affaires enregistré depuis septembre 2017 est de l'ordre de 300.000 €, avec trois clients dont deux à l'export. Il devrait atteindre les 500.000 € cette année, avec pour objectif le seuil du million d'ici trois ans. Compte-tenu du développement actuel, Sébastien Faivre espère en fait y parvenir fin 2019. Et le cap des 5 millions d'euros d'ici cinq ans.


En attendant, H2SYS doit relever le défi de l'industrialisation de son produit, le groupe électrogène à hydrogène : augmenter sa capacité de production tout en baissant ses coûts. « Le marché est aujourd'hui mature, se réjouit Sébastien Faivre. Des acteurs importants d'Amérique du Nord et d'Europe ont fait de gros investissements dont on voit les effets. »

 

hsysbatterie
H2SYS associe un système à pile à hydrogène à un moyen de stockage (batteries, supercondensateurs....), pour remplacer des générateurs diesel ou essence.

 

La demande porte de plus en plus sur des technologies capables de lutter contre le réchauffement climatique et la pollution : « Une estimation prévoit un taux de croissance de 70% du marché des piles à hydrogène d'ici à 2025 », se réjouit le dirigeant.


Avec un défi à la clef : se positionner rapidement à l'international pour s'imposer face aux concurrents, notamment en Asie, en Amérique du Nord et en Afrique, qui lance son électrification et pourrait miser sur une production d'électricité décentralisée et renouvelable.

 

banquepopmars

 

Le jeune entrepreneur regarde aussi avec attention l'organisation de manifestations comme les Jeux olympiques de Paris, l'objectif de la Ville de Paris étant de parvenir à la neutralité carbone. « Il faut être prêts à répondre à des opportunités de marchés », souligne-t-il.

 

Un énergie autonome, sédentaire ou mobile

 

hsysmobile
Des générateurs transportables pour équiper les sites isolés en l'absence de réseau électrique.

 

Pour les piles à hydrogène, « nos clients les introduisent dans d'autres appareils » dans le domaine de la mobilité, de l'événementiel, des télécommunications, explique Sébastien Faivre.

 

La gamme - phare, c'est-à-dire le groupe électrogène hybride de 1 à 15 kilowatts, trouve des applications dans des domaines très larges, notamment les travaux publics. Par exemple, un entrepreneur volontaire teste de nouvelles technologies pour l'intégrer dans un bâtiment de 1.200 m² en cours de rénovation.

 

H2SYS espère aussi décrocher un financement spécifique de Bpifrance pour mettre au point un groupe électrogène dédié aux pompiers, aussi bien français qu’allemands. Les spécifications sont différentes dans les deux pays, mais la jeune pousse fait le pari de répondre aux deux à la fois. Entre le développement et la certification, il faudra compter dix-huit mois pour commercialiser ce groupe électrogène.

 

bandeau635x106

 

Autre piste de développement : la location. H2SYS envisage la mise en production d'une dizaine d'appareils pour répondre aux besoins des marchés de Noël, des festivals, qui ne veulent pas s'engager dans un achat.

 

H2SYS bénéficie d'aides de Aire Urbaine Investissements, du Réseau Entreprendre®, de Bpifrance et de la Région Bourgogne – Franche-Comté. L’Université de Franche-Comté et l'UTBM abritent ses locaux, au Techn'hom de Belfort, et apportent un soutien en terme de communication, de réseaux, etc.

 

hsysequipe
H2SYS est issue de la fédération de recherche du CNRS FC Lab qui regroupe plusieurs laboratoires universitaires de Belfort et Besançon.


Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Territoire de Belfort, Belfort, énergie, hydrogène, pile à combustible, Bourgogne Franche-Comté, Sébastien Faivre, H2SYS

Découvrez également les articles associés :

Cuisines Grandidier se branche sur l’usine du futur avec l’aide de la région Grand EstCuisines Grandidier se branche sur l’usine du futur avec l’aide de la région Grand Est
En Lorraine, Toul tourne la page des pneus Kleber, dix ans après le départ de MichelinEn Lorraine, Toul tourne la page des pneus Kleber, dix ans après le départ de Michelin
A Besançon, le leader mondial des solutions de stationnement Parkeon s’envole avec FlowbirdA Besançon, le leader mondial des solutions de stationnement Parkeon s’envole avec Flowbird
Le plasturgiste dijonnais Benvic se lance à fond dans la croissance externe, la diversification et investit 4 millions d’eurosLe plasturgiste dijonnais Benvic se lance à fond dans la croissance externe, la diversification et investit 4 millions d’euros

Commentez !


Combien font "8 plus 1" ?

Envoyer votre commentaire