A Autechaux, MBP remercie la crise et continue à investir dans les hommes et les machines

Publié par Monique Clémens, le 11 octobre 2017

USINAGE/DOUBS. Ayant résisté à la crise en choisissant de « former plutôt que chômer », l’entreprise d’Autechaux, près de Baume-les-Dames, a préservé ses compétences pour mieux redémarrer.
Elle continue d’investir dans son parc de machines et dans les hommes. Un accord avec Pôle Emploi lui permet de préparer ses embauches futures avec l’engagement de CDI à la fin de la formation.

 

mbptete
Le tournage, le fraisage, le façonnage de matières par enlèvement de copeaux constituent le métiers de Mécanique Baumoise de Précision (MBP).

 

Les machines à commandes numériques, c’est le dada de Bernard Cour, le P-DG et fondateur, en 1991, de cette entreprise d’usinage de précision qui ne cesse de se développer et d’investir. En 2016, Mécanique Baumoise de Précision (MPB) s’est agrandie de 2.000m2 et a déjà accueilli dans ce nouvel espace deux gros centres d’usinage cinq axes arrivés début 2017.

 
« Les machines étaient trop serrées dans l’atelier et on attendait une commande conséquente pour lancer l’investissement », explique Thomas Sandoz, responsable commercial. Un partenariat important avec John Deere, client historique, a permis de donner le feu vert.


La PME familiale, implantée dans la zone industrielle d’Autechaux, près de Baume-les-Dames (Doubs), peut ainsi fabriquer des pièces complexes de structure pour l’avant du tracteur.

 

« Il s’agit d’une fabrication allemande rapatriée en France », ajoute le P-DG. « Nous avons également des développements importants avec General Electric (pour des chambres de turbine à gaz, notamment, NDLR) et dans le secteur de la défense, pour des pièces à forte valeur ajoutée. »


Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Dès le départ, la stratégie de Bernard Cour avait été de rester dans son cœur de métier : le tournage, le fraisage, le façonnage de matières par enlèvement de copeaux.


L’évolution des machines à commandes numériques multitâches avait permis à MBP de fortement se développer à la fin des années 90. Entre 1995 et 2000, l’effectif était passé de 12 à 70 personnes et, dans les années 2000, MBP était devenu fournisseur de rang 1 pour Alstom (ferroviaire), John Deere (agricole), General Electric (énergie) et Caterpilar (BTP).


« Avant la crise, nous faisions de gros volumes à faible valeur ajoutée pour l’agricole et le BTP », poursuit Thomas Sandoz. Mais en 2009-2010, on a perdu 30% du chiffre d’affaires. L’industriel a alors mis en place un plan de formation pour être prête à aborder de nouveaux marchés au redémarrage.


L’entreprise a fait partie de celles qui ont expérimenté le dispositif de sécurisation des parcours professionnels mis en place par la Région, avec les partenaires sociaux et l’aide de l’Etat, pour maintenir les emplois et « former plutôt que chômer », selon le slogan du moment.


L’objectif était de limiter la casse sociale tout en préservant, voire en améliorant les compétences. Quelque 70 entreprises pour 10.000 salariés avaient bénéficié du dispositif.

 

Un parc de 54 machines

 

mbpusinage
L'une des nouvelles machines de grande taille cinq axes installées dans la récente extension.

 

Et c’est ainsi qu’en 2011, le gros de la crise derrière elle, MBP a pu trouver de nouveaux marchés. « Il s’agissait de plus petites séries à plus forte valeur ajoutée », explique le directeur commercial. La stratégie de diversification s’est affirmée, qui visait à travailler avec de grands donneurs d’ordre pour répartir équitablement le chiffre d’affaires entre les différents secteurs et, depuis, l’entreprise n’a cessé de se développer.


De 85 salariés au moment de la crise, l’effectif est remonté à 145 aujourd’hui et continue à recruter. Pour trouver la main d’œuvre requise, un accord avec Pôle Emploi met à disposition 6 à 10 personnes formées en interne pendant six mois.

 

Après une validation CQPM, MPB s’engage à en embaucher la moitié en CDI à l’issue de la formation. Quant au chiffre d’affaires, il atteint 15 millions d’€ avec une prévision à 19 millions d’ici deux ans.


Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Les deux gros centres d’usinage cinq axes ont été livrés en janvier. Depuis, quatre nouvelles machines ont rejoint le parc – qui en compte 54 en tout – ainsi que deux petits centres d’usinage pour des pièces aluminium pour le marché de la défense.


Quatre autres machines arriveront d’ici la fin de l’année. Au total, l’investissement matériel se monte à 2 millions d’€ pour l’exercice 2016-2017, qui s’ajoutent à l’investissement immobilier de 1,2 million. « Et pour l’exercice 2017-2018, nous remettrons 1,2 million d’€ », annonce le P-DG.

 

Qui est Bernard Cour ?

 

Il assure être un pur autodidacte. Ce n’est pas tout à fait vrai : son BEP de mécanique lui a donné les bases du métier mais, pour le reste, il a tout appris en marchant.

 

bcour

« J’ai eu la chance de travailler dans une toute petite société en développement, chez Streit, à Clerval. J’ai appris là-bas le métier de spécialiste des machines à commandes numériques, avec Roland Streit qui m’a énormément conseillé » raconte Bernard Cour, le fondateur de MBP avec son épouse, Bernadette, qui pilote le service financier.

 

Toujours aussi passionné, le P-DG passe du temps à l’atelier mais, déjà, le couple prépare le passage de relais : leur fille est déjà dans l’entreprise et s’occupe de l’administration des ventes et du Lean management et leur fils, ingénieur formé à l’Université technologique de Compiègne, pourrait bien la rejoindre pour piloter l’entreprise avec elle d’ici quelques années.


Mais rien n’est encore écrit. « Une reprise familiale est envisagée », concède Bernard Cour.

 

mbppercage
L'entreprise a fait partie de celles qui ont expérimenté le dispositif de sécurisation des parcours professionnels mis en place par la Région.

Photos fournies par l'entreprise.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Entreprises

Mots-clés : Formation, Doubs, usinage, investissements, Pôle Emploi, Autechaux, Bourgogne Franche-Comté, usinage de précision, Bernard Cour, Mécanique Baumoise de Précision

Découvrez également les articles associés :

En Alsace, 2CRSI prépare une entrée en bourse pour défier les serveurs informatiques de la Silicon ValleyEn Alsace, 2CRSI prépare une entrée en bourse pour défier les serveurs informatiques de la Silicon Valley
Duret veut mettre la sellerie cousue-main à la portée du monde entier grâce à internetDuret veut mettre la sellerie cousue-main à la portée du monde entier grâce à internet
Le Bourguignon Adventys accueille deux fonds d’investissement pour doubler d’activité d'ici à cinq ansLe Bourguignon Adventys accueille deux fonds d’investissement pour doubler d’activité d'ici à cinq ans
L'Alsacien Marx Reliures veut faire un carton près de la machine à café avec son mobilier de collecte de déchetsL'Alsacien Marx Reliures veut faire un carton près de la machine à café avec son mobilier de collecte de déchets

1 réponse(s) à "A Autechaux, MBP remercie la crise et continue à investir dans les hommes et les machines"

  1. LAVEQUINdit :

    Bravo pour votre courage! Et tous mes voeux de réussite!

Commentez !


Combien font "3 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire