800 millons d'euros d'investissement pour le très haut débit en Bourgogne - Franche-Comté d'ici 2020

Publié par Traces Ecrites News, le 07 février 2017

NUMERIQUE/BOURGOGNE - FRANCHE-COMTÉ. Le 15 février, les opérateurs de télécommunication devront avoir déposé leur offre auprès de la société publique locale, BFC Numérique, chargée d’exploiter et de commercialiser les prises fibrées que six des huit départements de la Région Bourgogne - Franche-Comté auront déployées dans leurs territoires.
Dans son budget 2017, le conseil régional, avec le renfort des fonds européens, a décidé d’affecter 36 millions d’€ à l’installation du très haut débit pour atteindre 85 millions d’ici cinq ans.
Les deux événements laissent espérer aux entreprises et aux particuliers une amélioration de leur connexion Internet, encore à l'âge préhistorique par endroits.

Une amélioration de la qualité due à des initiatives publiques, pilotées par les départements, l’opérateur historique Orange intervenant de son côté dans les agglomérations.

 

armoiredétain
La fibre optique jusqu'au coeur du village est une des solutions déployée par les Départements, comme ici à Détain-et-Bruant (Côte-d'Or) : l'installation de nouveaux centraux téléphoniques va monter l’ADSL jusqu’à 20 Mb/s. © Philippe Gillet/CD21.


Le 15 février, les opérateurs de télécommunication intéressés devront avoir déposé leur offre auprès de la société publique locale, BFC Numérique, chargée d’exploiter et de commercialiser les prises fibrées que six des huit départements de la Région Bourgogne - Franche-Comté auront déployées sur leurs territoires.


Un marché de près de 300.000 prises, sur la seule tranche ferme et hors tranches conditionnelles. L'opérateur sera choisi au plus tard à l'automne 2017 et la commercialisation des offres de service Très Haut Débit auprès des entreprises et des particuliers démarrera début 2018.


Les départements de la Côte-d’Or et de la Saône-et-Loire sont à l’origine de la création de cette SPL, considérant que la mutualisation des offres allait en réduire le coût unitaire. Ils ont aujourd’hui six. L’Yonne et le Jura, ainsi que la Nièvre et le Doubs, via des syndicats mixtes, les ont rejoint.


La logique était la suivante : déjà pénalisés par une connexion Internet de moindre puissance - ce que les conseils départementaux s’emploient tous à corriger, progressivement -, les territoires ruraux risquaient de l’être à nouveau une fois équipés de très haut débit avec des offres d'opérateurs coûteuses faute de demande suffisante.

 
Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

 

Entamée depuis plusieurs années, la montée en très haut débit  représente de très lourds investissements qui se prolongeront encore entre 3 et 8 ans selon les territoires.

 

En additionnant les enveloppes prévues dans les huit départements, a comptabilisé le journal Le Moniteur du BTP (édition du 2 décembre 2016), « ce sont près de 800 millions d’€ d’investissements qui sont prévus jusqu’au début des années 2020 ».

 

S’ajoutent les dépenses prévues par Orange dans les zones concernées par l’appel à manifestation d’intention d’investissement (AMII) de l’Etat. L’opérateur compte raccorder 337 communes, soit 688.000 prises en visant en particulier, après un fort lobbying des associations de chefs d’entreprises et des CCI, les principales zones d’activité économiques. Seules les agglomérations sont concernées, les villes préfectures et sous-préfectures.


Le coup de pouce de 36 millions d’€ annoncé par le conseil régional de Bourgogne - Franche-Comté, avec le renfort des fonds européens, dans son budget 2017 - et au total d’ici cinq ans, 85 millions -, donnent une marge de manoeuvre supplémentaire aux conseils départementaux qui, eux, équipent les zones rurales.


Eux-mêmes dégagent des sommes considérables depuis plusieurs années pour déployer le très haut débit, à des rythmes souvent plus lents qu’initialement prévus, faute de moyens mais aussi face à l’évolution galopante des technologies.

 

Fibre jusqu’à la maison ou au coeur du village ?

 

thdtrancheuse
Trancheuse creusant une tranchée pour le passage de la fibre optique. © Philippe Gillet/CD21.

 

Le débat à ce sujet s’articule à deux niveaux. Faut-il couvrir immédiatement tout le territoire en très haut débit avec la fibre optique ou bien monter l’ADSL (qui utilise le cuivre) par paliers, une solution moins coûteuse ?

 

L’autre question porte sur l’installation de la  fibre jusqu’à la maison (FFTH, Fiber to the Home), ou bien la fibre optique jusqu’au centre du village. Le noeud de raccordement est ensuite relié au domicile par le cuivre, une solution moins performante mais qui peut apporter plusieurs dizaines de mégabits.


Rien est tranché, car le pragmatisme rassemble tous les élus : ils souhaitent qu’aucun habitant ne soit déconnecté, même si le service est de qualité moyenne, ce qui n’est pas encore le cas dans la région, notamment dans les zones les moins peuplées.

 

Au gré de leur expérience et surtout de la disponibilité de leurs budgets, plusieurs départements sont favorables à un équipement progressif. Dans le Jura, affirme Hélène Pelissard, conseillère régionale jurassienne, « il n’est pas possible d’amener la fibre jusqu’à l’habitant partout ». Du moins pour l’instant.

 

pub_TP_longue

 

Le plan de déploiement chiffré à 137 millions d’€ dans le Jura promet « une puissance acceptable pour tous », les uns bénéficiant de la FTTH, les autres de la fibre jusqu’au coeur du village.

 

De son côté, le département de la Côte-d’Or met un coup d’accélérateur pour achever une première phase de 73,43 millions d’€ visant à couvrir en priorité les zones de carence en ADSL (320 communes), avant de sélectionner les bénéficiaires d’une seconde tranche en mars, avec l’objectif de couvrir l’ensemble du territoire d’ici 2025.

 

Une date déjà repoussée qui montre bien la difficulté de mise en oeuvre, car l’accélération du volume des connexions rend de jour en jour obsolète le niveau, jugé satisfaisant à 2 mégabits, il y a quelques années !

 

fibreoptiquebeze
La fibre optique jusqu'à la maison est la plus performante, mais aussi la plus coûteuse. Ici, à Bèze, Côte-d'Or. © Philippe Gillet/CD21

 

Pour y parvenir, les services départementaux qui déploient le projet en interne ont fait le choix d’une palette de technologies. Par exemple, les 114 communes de la phase 1 qui n’étaient pas du tout (ou peu) connectées ont bénéficié de la fibre optique à la maison et au bureau (FTTH).

 

Ailleurs, la fibre arrive au coeur de village, assurant une élévation du débit de l'ADSL jusqu’à 18 Mb/s et, sous conditions, au moins 30 Mb/s par le VDSL. Dans une poignée d’autres communes, la fibre se raccorde au central téléphonique. Ce n’est qu’une fois, le plan en cours achevé que les communes qui auront bénéficié de la fibre optique au cœur du bourg, seront concernées par le déploiement de la fibre optique à la maison et au bureau.

 

Dans le Doubs, le syndicat mixte Doubs Très Haut Débit créé en 2013 par le département et 21 communautés de communes concrétise, au rythme de 20 millions d’€ environ par an, un plan en deux phases : de 2015 à fin 2018, 35.000 prises seront construites (plus de la moitié le sont à ce jour), puis 2019-2023/24 : 12.500 à 15.000 prises par an.

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

Les travaux, l’exploitation et la commercialisation du réseau réalisés sous forme d’une délégation de service public au groupe Altitude Infrastructure, déploie majoritairement de la fibre optique (débit 100 mégabits) jusqu’au domicile (FTTH), aux 2/3 en aérien sur le cheminement des lignes téléphoniques et électriques.

 

Seules 50 communes où il existe un problème technique, un faible potentiel d’utilisateurs et dans un secteur isolé recevront la fibre seulement jusqu’au coeur du village.

 

La Haute-Saône dont seulement 15% de la population bénéficie du déploiement d’Orange - dans le bassin de Vesoul -, le risque de fracture numérique a engagé le département dans un rassemblement des communautés de communes à ses côtés au sein du syndicat mixte Haute-Saône Numérique.

 

Toutes ont mis la main au pot à raison de 9€/an/habitant pendant 10 ans pour dégager une enveloppe de 83,6 millions d’€ avec l’aide la Région et pour 33%, du Fonds de solidarité numérique.

 

thdnetalisvillage
Dans les petites villes et les villages, ce sont les départements ou des sydicats mixtes qu'ils ont créé, qui installent le très haut débit, Orange se réservant les agglomérations.

 

La méthode consiste à installer 232 nœuds de Raccordement aux Abonnées « Montée en débit » (NRA MeD) d’ici la fin de l’année 2017, qui donneront accès à la technologie VDSL2, dernière génération d’ADSL dont le débit varie selon la qualité de la ligne (maximum de 90 mbit/s et au minimum, accès à l’offre Triple Play des fournisseurs d’accès, Internet, téléphonie fixe, télévision et streaming en qualité HD).

 

Dans la Nièvre, le syndicat mixte Nièvre Numérique constitué par le conseil départemental et l’agglomération de Nevers vise le déploiement de la fibre pour tous les habitants d'ici 15 à 20 ans. Orange y prendra sa part dans l’agglomération de Nevers.

 

Pour les zones rurales, Fabien Bazin, son président a annoncé l’automne dernier, une 1ère tranche de 22,9 millions d’€ financée par l’Etat, sur un plan évalué à 62,55 millions. D’ici 5 ans, la moitié des foyers ruraux bénéficieront du très haut débit.

 

Gif_articles

 

 

En 2018, un premier parc de 12.000 prises sera disponible aux centraux téléphoniques actuellement limités à 2 Mbit/s, pour atteindre sur le même rythme annuel, 46.000 branchements au final. Le satellite est envisagé pour les foyers les plus isolés.

 

L’Yonne a également récemment obtenu le soutien de l’Etat et de la Caisse des Dépôts et de Consignations (CDC) qui déclenche un programme de 55,7 millions d’€.

 

La montée en débit par la fibre optique FTTH de 530 km de réseaux, soit à créer, soit à réutiliser pour 26.750 prises, doit démarrer cet automne. 2017. Un début puisque selon le conseil départemental de l'Yonne, « 220 millions d’€ seraient nécessaires pour amener la fibre chez tous les habitants du département ».

 

En Saône-et-Loire, après la montée en débit depuis les 45 sous-répartiteurs téléphoniques les moins performants, le département, maître d’ouvrage, a donné la priorité aux sites « stratégiques nécessitant des besoins immédiats ou à court terme ».

 

thdcanalisation
L'installation du très haut débit génère d'importants chantiers pour les travaux publics. Ici, en Haute-Saône.

Ce sont les zones d’activités économiques, les établissements d’enseignement et de santé, les sites administratifs et touristiques, et les espaces publics numériques. Progressivement d’ici 2022, jusqu’à 96.000 prises FTTH, seront construites pour 172 millions d’€.


Un chemin encore long mais qu'aucuns comparent volontiers au déploiement du téléphone.


En 1890, il y avait 10.000 abonnés au téléphone en France. Et ce n’est qu’en 1928 que le premier central téléphonique automatique à Paris a permis aux abonnés d’avoir un poste à cadran chez eux.

 

Christiane Perruchot avec Mathieu Noyer.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires

Mots-clés : Côte-d'Or, Yonne, Jura, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Doubs, Nièvre, très haut débit, fibre optique, numérique, travaux publics, investissements, Bourgogne Franche-Comté

Découvrez également les articles associés :

Le mouvement de l’agriculture urbaine gagne du terrain à Dijon et en Côte-d’OrLe mouvement de l’agriculture urbaine gagne du terrain à Dijon et en Côte-d’Or
Bienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectéeBienvenue dans le Dijon de 2030, une métropole intelligente et connectée
Le DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonneLe DFCO, vecteur d’affaires pour ses sponsors et de notoriété pour la métropole bourguignonne
A l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venirA l'occasion de ses 60 ans, la société d'économie mixte Sedia trace sa feuille de route pour les trois ans à venir

3 réponse(s) à "800 millons d'euros d'investissement pour le très haut débit en Bourgogne - Franche-Comté d'ici 2020"

  1. ericdit :

    La fibre sera encore pour les grosses agglomération, habitant une maison dans un village à 10km de Châtillon-sur-Seine, nous n'avons toujours pas de liaison internet. Et ont s'étonne que les gens quittent les villages pour rejoindre les grande ville !!!!

  2. Jean-Micheldit :

    A Besançon ils ont de la chance que des petits opérateurs investissent ! http://www.estrepublicain.fr/actualite/2017/01/28/ma-fibre-ma-bataille

  3. Rémidit :

    Et même en ville (Quetigny) le débit ADSL est loin d'être satisfaisant, faute de NRA à proximité. Les travaux de couverture en fibre engagés serviront les quartiers qui aujourd'hui... Ont le meilleur débit.

Commentez !


Combien font "7 plus 2" ?

Envoyer votre commentaire