« Grâce à IdEx, l’Université de Strasbourg stimule les filières de recherche prometteuses »

Publié par Mathieu Noyer, le 15 décembre 2016

AVIS D’EXPERT/STRASBOURG. Comme souvent, l’Université de Strasbourg s’est distinguée parmi ses pairs en France, en décrochant définitivement le label IdEx (Initiative d’Excellence).

Comme souvent aussi, elle ne l’a fait savoir que de façon très discrète.
Remontons à la source pour décrypter la récompense et ses implications pour le tissu économique, avec Serge Potier, vice-président de l’université alsacienne et Olivier Guyot, directeur de la mission « investissements d’avenir » de l’établissement, qui ont piloté la candidature.

 

idexesquisse
Image du futur « Ease », centre de formation au travail en salles blanches. © GKG.

 

• S’y retrouver dans les labels et sigles du monde de l’université paraît parfois aussi compliqué qu’une soutenance de thèse, mais vous allez nous aider à y voir plus clair. A quoi se raccroche le terme d’IdEx ?


Serge Potier. « L’origine, c’est le rapport Rocard/Juppé de fin 2009 qui pose en principe l’objectif d’identifier une dizaine d’universités françaises de niveau mondial pour ce qui concerne leurs activités de recherche. Pour les soutenir, l’Etat décide le « Grand emprunt » de 35 milliards d’€ destiné à financer le PIA, le Programme d’investissements d’avenir.


Dans ce cadre, Strasbourg est devenue en 2012 l’une des trois premières universités labellisées Initiative d’Excellence (IdEx) avec Bordeaux et Aix-Marseille.

 

Ce qui a déclenché une période probatoire de quatre ans visant à valider ce caractère d’excellence au regard des projets engagés et des perspectives. Le jury international de représentants des mondes académique et industriel a reconnu la qualité des actions menées et reconduit le label avec les financements correspondants. IdEx est en somme le produit du PIA au même titre qu’un dispositif ciblé plus spécifiquement sur des laboratoires, les LabEx. »

 

Bannière Traces Ecrites Lancement Site LCR_ ac fond

 

• Quel est alors le contenu du projet qui vaut à Strasbourg sa distinction ?


Olivier Guyot. « Conçu avec le CNRS et l’Inserm, notre projet IdEx recouvre cinq thèmes. En recherche, l’objectif d’attirer plus encore des chercheurs étrangers sur des périodes de 6 mois à deux ans s’incarne dans le projet d’un « institut d’études avancées », sur le principe des lieux d’effervescence que sont Princeton aux Etats-Unis, ou le Collège de France. Environ 20 chercheurs arrivent chez nous chaque année dans ce cadre.


Sur le thème de la formation, nous avons créé en 2013 un Institut du développement de l’innovation pédagogique (IDIP), unique en France, qui stimule la création de nouvelles pratiques d’enseignement.


Deux autres thèmes renvoient à l’enjeu d’une université actrice de la cité et de la réforme de sa gouvernance et de son fonctionnement internes. »

 

potierguyot
Serge Potier est à gauche et Olivier Guyot. © T.E.

• Attardons sur le cinquième thème, le développement économique. Que recouvre-t-il et ne fait-il pas doublon avec les nombreux organismes d’accompagnement des premiers pas d’une start-up ?


Serge Potier. « IdEx est justement complémentaire de ces instruments, car il intervient à un stade plus amont, encore académique et il raisonne selon des logiques de filière. Les trois premiers sujets d’intervention le démontrent.


D’abord, « Ease » le futur centre européen de formation au travail en salles blanches. Un bâtiment se construit pour une livraison à la rentrée 2017, mais il y a besoin de lui donner du contenu, de le faire vivre. C’est le sens d’IdEx qui va chercher les utilisateurs et les fédérer.


Projet franco-allemand, « Ksilink » investit le domaine bien précis, et prometteur, de la médecine translationnelle en image cellulaire. Coté français, il implique l’Inserm et le groupe Sanofi.


Enfin, « Feerix » (faisceaux d’électrons et rayonnements ionisants X) oeuvre dans l’univers de l’ionisation avec le Critt Aérial, grâce à un accélérateur d’électrons quasi-unique au monde. Les applications concernent notamment la stérilisation d’outils et dispositifs médicaux, la modification de propriétés physico-chimiques des polymères.


Sur tous ces sujets pointus, IdEx travaille en quelque sorte à créer les conditions de développement des entreprises du futur. »

 

pub-gif-juin-v10


• Quels sont les crédits associés au label ?


Olivier Guyot. « La labellisation attribue 25 millions d’€ à l’uUniversité de Strasbourg, desquels il faut retrancher 9 millions dédiés au financement de nos onze Labex Laboratoires d’Excellence). Ce qui donne donc 16 millions d’€ à répartir entre nos thématiques. »

 

(*) Les universités de Bourgogne - Franche-Comté et de Lorraine, associées aux grandes écoles de leur région, ont, quant elles, décroché un label ISite (Initiatives Science – Innovation –Territoires – Economie).

L'objectif est le même, accélérer la recherche à l'échelle internationale mais avec des moyens moindres.



Roger Martin BTP
Article classé dans : Territoires
Avis d'expert

Mots-clés : Formation, recherche, Grand Est, université de Strasbourg, IdEx, Serge Potier, Olivier Guyot,, Institut du développement de l’innovation pédagogique, Programme d'Investissements d'avenir, ISite

Découvrez également les articles associés :

Le palmarès de la construction bois Bourgogne-Franche-Comté en imagesLe palmarès de la construction bois Bourgogne-Franche-Comté en images
Avec Chooz aujourd'hui et Fessenheim demain, le Grand-Est, futur laboratoire du démantèlement nucléaire ?Avec Chooz aujourd'hui et Fessenheim demain, le Grand-Est, futur laboratoire du démantèlement nucléaire ?
Quand le gazoduc du Val de Saône franchit le canal de Bourgogne : un chantier de 700 millions d'euros en imagesQuand le gazoduc du Val de Saône franchit le canal de Bourgogne : un chantier de 700 millions d'euros en images
Elan bâtisseur à Besançon sur les technopoles Temis dédiées aux microtechniques et aux industries de la santéElan bâtisseur à Besançon sur les technopoles Temis dédiées aux microtechniques et aux industries de la santé

Commentez !


Combien font "7 plus 3" ?

Envoyer votre commentaire