« L’Ecole des vins de Bourgogne ouvre les portes d’un monde d’émotions et de sensations en faisant aimer toute une région »

Publié par Didier Hugue, le 28 février 2018

AVIS D’EXPERT(E)/VIN. Ne dites surtout pas à Brigitte Houdeline, la directrice de l’École des vins de Bourgogne, que son centre de formation est élitiste et réservé uniquement à des professionnels avertis comme à des amateurs éclairés autant que fortunés.

Tous ceux qui aiment la dive bouteille « made in Bourgogne » pourront s’y faire plaisir. Et ce, dès 39 € pour, par exemple, une ballade dégustation de deux heures dans les vignes. Découverte.

 

ecolevinbeaune
© Ecole des vins de Bourgogne / BIVB.

 

• Qui a fondé l'École des vins de Bourgogne et comment est-elle organisée ?

 

L’École des vins de Bourgogne naît en 1974 de la volonté du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB) d’asseoir une action de promotion pour faire connaître et comprendre les vins de la région. Elle a été en ce sens pionnière en son domaine. Intégrée à l’interprofession et installée à Beaune, en Côte-d’Or, elle devient filiale en 2003 et prend depuis une dimension plus large.

 

Banniere-Fondation-TracesEcrites

 

Car, notre centre de formation, de perfectionnement et de découverte est déclaré en tant que tel. Il est en conséquence ouvert au plan formation des entreprises. Nous sommes également un opérateur de voyages immatriculé et pouvons bâtir des soirées, des journées et des séjours autour du vin et du patrimoine.

 

L’École accueille entre 2.000 et 2.500 stagiaires par an. Elle emploie cinq personnes à plein temps et réalise entre 350.000 et 400.000 € de chiffre d’affaires.

 

• En quoi est-elle originale dans toute l’offre de formation qui existe sur le vin ?

 

Nous nous adressons à tous les publics, pour peu qu’ils aiment le vin de Bourgogne : de l’amateur, éclairé ou non, au professionnel averti ou non. Le but est d’expliquer un produit riche et divers. Déguster un Chablis, ce n’est pas déguster un Pouilly-Fuissé ou un Meursault.

 

Comprendre la Bourgogne viticole, c’est s’immerger dans la notion de « Climat », ce savant dosage entre géographie et géologie, cette alchimie unique qui marie savoir-faire et patrimoine. L’école des vins de Bourgogne s’en veut le reflet. Aussi, déclinons-nous un éventail très large.

 

négociants

 

Un exemple ? Le 21 juillet prochain, au moment d’un pic de saisonnalité estival, nous proposerons pour 39 € une ballade entre vigne et vin. Elle dure deux heures, parle de la plante, du terroir, du patrimoine, telles les cabottes, ces anciennes cabanes ou resserres de vigneron dans les Côtes de Nuits et de Beaune.

 

A l’autre bout de la chaîne de formation, vous avez le certificat professionnel d’analyses sensorielles (CPAS). Cette formation qualifiante s’étale sur 72 heures et deux demi-journées. Elle s’adresse à des professionnels, des cavistes, des négociants, des viticulteurs…, mais également des amateurs passionnés de bourgogne.

 

ecolevinblanc
© Traces Ecrites.

 

• Comment construisez-vous vos formations pour coller aux attentes des publics que vous ciblez ?

 

Nous écoutons les vignerons et les cuisiniers et épousons les tendances du moment. Le vin a le vent en poupe, tout comme la gastronomie, alors nous marions les deux, avec nos ateliers d’harmonie culinaire sur deux jours qui apprend comment harmoniser tel met avec tel vin ? Et ce n'est pas toujours ce que l'on croit.

 

Tout nouveau !  Les journées thématiques, comme la journée sensorielle ouverte à tous – le 9 juin – qui plonge dans un univers merveilleux. Celui des sensations et des émotions. Comment reconnaître les arômes d’un vin blanc et d'un vin rouge : les arômes floraux, boisés, à dominante de fruits frais, confits, secs ou encore épicés…

 

cdjura

 

On peut également apprendre comment déguster avec ses yeux : intensité, brillance, limpidité ;  avec son premier et son second nez, en rétro-olfaction. Comment déguster, "Grumer un vin”, avec attaque, fin de bouche et longueur en bouche. Notre offre va aussi jusqu’à du sur-mesure très pointu, comme "Une journée, un vignoble”. Et c’est un véritable séjour d’oenotourisme qui aborde en profondeur vin et patrimoine.

 

Et puis chaque mois, "Les Lundis de l’Ecole des vins”, financés par notre interprofession, sont très prisés de tous ceux qui œuvrent dans la restauration, le tourisme et la filière viticole à des postes non œnologiques. Il s’agit là d’une formation synthétique qui balaie tous les fondamentaux du vin de Bourgogne.

 

degustationecole
© Traces Ecrites.

 

• Y-a-t-il des formations qu’on ne trouvera nul par ailleurs ?

 

Oui, il y en a une et une seule. Elle est ouverte à une quinzaine de personnes, coûte 2.420 € et concerne les 33 grands crus de Bourgogne que les stagiaires dégustent tous, dont celui la Romanée-Conti.

 

Elle dure trois jours et a lieu une fois par an. Cette année, nous l’organisons du 28 au 30 juin avec quelques surprises étonnantes...

 cfailorraine

 

brigittehoudeline
© Ecole des vins de Bourgogne / BIVB.

Qui est Brigitte Houdeline ?

 

La jeune femme est une fille des Pays de Loire, où l’on sait faire aussi du vin. Née à Laval (Mayenne), elle fait ses premières études à Angers en langues appliqués au commerce.

 

Deux ans passés en Irlande, neuf mois en Allemagne, dix-huit mois en Australie pour conclure une maîtrise, et la voilà polyglotte.

 

Son séjour entre Océan Indien et Pacifique l’a fait travailler dans un restaurant. « Comme vous êtes française, choisissez donc le vin. »

 

L’envie de mieux connaître cet univers bacchique la fascine et c’est tout naturellement qu’elle poursuit à Dijon en commerce du vin à l’international et en stratégie de communication.

 

Stagiaire dans un domaine à Chablis (Yonne), assistante dans celui des Comtes Lafon, à Meursault, elle travaille ensuite chez le viticulteur Frédéric Magnien (Morey-Saint-Denis), puis dans une agence de voyages de Gevrey-Chambertin.

 

C’est dire que lorsqu’elle intègre l’École des vins de Bourgogne, en tant que chef de projet(s), Brigitte Houdeline possède un vrai bagage qui l’a fait tout naturellement nommée directrice en septembre 2013.

 

Retrouver le secteur des industries viti-vinicoles en Côte-d'Or en cliquant sur le logo :

 invest



Roger Martin BTP
Article classé dans : Emploi - Formation
Avis d'expert

Mots-clés : Formation, Beaune, BIVB, Vins de Bourgogne, Bourgogne Franche-Comté, Ecole des vins de Bourgogne, Brigitte Houdeline

Découvrez également les articles associés :

Une école de production à Besançon où l’on usine en se faisant plaisir et avec l’assurance d’un emploiUne école de production à Besançon où l’on usine en se faisant plaisir et avec l’assurance d’un emploi
« Le groupement d’entreprises, une solution pour combler les besoins en recrutement du transport routier »« Le groupement d’entreprises, une solution pour combler les besoins en recrutement du transport routier »
La Maison de l'emploi et de la formation ne chôme pas à Mulhouse avec son outil numérique La Maison de l'emploi et de la formation ne chôme pas à Mulhouse avec son outil numérique
Egalité professionnelle hommes-femmes dans l’Est : le travail de terrain de FETE auprès des représentants du personnelEgalité professionnelle hommes-femmes dans l’Est : le travail de terrain de FETE auprès des représentants du personnel

Commentez !


Combien font "7 plus 6" ?

Envoyer votre commentaire